Il y a actuellement 65 visiteurs connectés.

Ce site a reçu 3284135 visites depuis sa création.

Poètes du temps passé


Sur cette page, vous trouverez une sélection de poèmes.

Cliquez directement sur l'auteur ou le titre de votre choix

01 L Art...

Par Gautier Théophile

L’Art
 
Oui, l’œuvre sort plus belle
D’une forme au travail
Rebelle,
Vers, marbre, onyx, émail.
 
Point de contraintes fausses !
Mais que pour marcher droit
Tu chausses,
Muse, un cothurne étroit.
 
Fi du rhythme commode,
Comme un soulier trop grand,
Du mode
Que tout pied quitte et prend !
 
Statuaire, repousse
L’argile que pétrit
Le pouce
Quand flotte ailleurs l’esprit ;
 
 
Lutte avec le carrare
Avec le paros dur
Et rare,
Gardiens du contour pur ;
 
Emprunte à Syracuse
Son bronze où fermement
S’accuse
Le trait fier et charmant ;
 
D’une main délicate
Poursuis dans un filon
D’agate
Le profil d’Apollon.
 
Peintre, fuis l’aquarelle,
Et fixe la couleur
Trop frêle
Au four de l’émailleur.
 
Fais les sirènes bleues,
Tordant de cent façons
Leurs queues,
Les monstres des blasons ;
 
 
Dans son nimbe trilobe
La Vierge et son Jésus,
Le globe
Avec la croix dessus.
 
Tout passe. – L’Art robuste
Seul a l’éternité,
Le buste
Survit à la cité.
 
Et la médaille austère
Que trouve un laboureur
Sous terre
Révèle un empereur.
 
Les dieux eux-mêmes meurent.
Mais les vers souverains
Demeurent
Plus forts que les airains.
 
Sculpte, lime, ciselle ;
Que ton rêve flottant
Se scelle
Dans le bloc résistant !
 
Dans la Sierra
 
J’aime d’un fol amour les monts fiers et sublimes !
Les plantes n’osent pas poser leurs pieds frileux
Sur le linceul d’argent qui recouvre leurs cimes ;
Le soc s’émousserait à leurs pics anguleux.
 
Ni vigne aux bras lascifs, ni blés dorés, ni seigles,
Rien qui rappelle l’homme et le travail maudit.
Dans leur air libre et pur nagent des essaims d’aigles,
Et l’écho du rocher siffle l’air du bandit.
 
Ils ne rapportent rien et ne sont pas utiles ;
Ils n’ont que leur beauté, je le sais, c’est bien peu.
Mais moi je les préfère aux champs gras et fertiles,
Qui sont si loin du ciel qu’on n’y voit jamais Dieu.