Auteur

Marc Rugani

Il y a actuellement 6 visiteurs connectés.

Ce site a reçu 419613 visites depuis sa création.

Astrologie


Sur cette page, vous trouverez une étude sur l’astrologie réalisée par Marc Rugani.

12 Chapitre 12

Par Marc Rugani

Chapitre 12

Commentaires et conclusions

 

La présente étude a porté sur 629 couples mariés, soit 1258 personnes.

Ce nombre paraît suffisant pour asseoir solidement ses conclusions.

Ladite étude avait pour objet de vérifier la véracité des règles astrologiques affirmant l’influence prépondérante et la nécessité de l’existence de liaisons entre les planètes Vénus et Mars dans les rapports amoureux entre une femme et un homme.

1/Les résultats statistiques montrent qu’aucune influence prépondérante du couple Vénus-Mars ne peut être constatée.

Le couple Vénus-Mars (VénusF-MarsH et MarsF-VénusH) ne joue en effet aucun rôle principal, à peine un rôle secondaire, du fait de ses  5ème et 9ème positions en nombre d’aspects pour un orbe de 10° (3ème et 7ème positions pour un orbe de 5°), ces aspects étant eux-mêmes en nombres inférieurs à ceux des probabilités.

2/Les résultats statistiques  ne font ressortir aucun élément qui pourrait induire une influence planétaire significative, soit du Soleil, ou de Mercure, ou de Vénus ou de Mars, dans le domaine de l’amour :

Les résultats sont « plats », les dépassements des probabilités étant trop faibles pour être signifiants

3/A l’exception des conjonctions MarsF-MarsH, VénusF-SoleilH et SoleilF-VénusH dont les dépassements moyens des probabilités de 35% à 50% interpellent.

Dont 110% pour un orbe de 1° pour MarsF-MarsH !

Ces trois conjonctions sortent du lot, et elles seules ; en quelque sorte il n’y a rien d’autre qu’elles.

Sont-elles dues au hasard, sont-elles une simple « anomalie » sans aucune signification compte tenu du reste de l’étude qui ne révèle rien, ou au contraire la preuve d’une « influence astrologique » ?

En admettant la deuxième hypothèse, comment pourraient-elles être interprétées par les Maîtres en Astrologie :

-pour MarsF-MarsH, au regard de la symbolique astrologique de Mars, peut-être ainsi : le pur désir sexuel, le désir primaire, l’instinct de reproduction prédominent dans la formation du couple Femme-Homme.

Cette interprétation ne pourrait pas vraiment surprendre ni choquer, en pouvant s’argumenter ainsi : les animaux– mammifères, oiseaux, poissons…- ne s’apparient-ils pas chaque saison nouvelle dans le seul but d’assouvir leurs désirs sexuels et de répondre à l’instinct de reproduction et de préservation de l’espèce ? Que les hommes, qui leur sont proches par l’évolution, obéissent aux mêmes règles et aux mêmes besoins, conscients et inconscients, qu’y aurait-il là de surprenant ?

-pour VénusF-SoleilH et SoleilF-VénusH, au regard de la symbolique de ces deux astres, peut-être ainsi : le sentiment, l’amour idéal de l’autre sont les moteurs du rapprochement de l’homme et de la femme dans le couple.

4/La prédominance dans les thèmes des couples des aspects réputés favorables (conjonctions, sextils, trigones) à leur bonne entente sur les aspects réputés défavorables (carrés, oppositions) n’est pas démontrée.

5/Les épouses nées le même jour ne présentent aucun comportement amoureux astrologique semblable.  

 

En conclusion, la présente étude montre que les règles astrologiques à propos de l’amour sur :

-les influences du couple de planètes Vénus et Mars

-la prédominance des aspects dits « favorables »

 ne sont pas démontrées,

et que d’une façon générale les dites règles n’ont statistiquement aucune réalité.

Reste toutefois une exception remarquable : les conjonctions MarsF-MarsH, VénusF-SoleilH et SoleilF-VénusH qui sont soit dues au hasard et sans signification, soit signifiantes d’une réalité astrologique.

 

 

Comme dit précédemment, il n’a été tenu compte dans cette étude que du Soleil, de Mercure, de Vénus et de Mars; elle est de ce fait incomplète ou partielle, ses conclusions également.

Une étude complémentaire est en cours sur la Lune et l’Ascendant.